Tadjoura corrigé

6 août 2011 at 22 h 15 min 13 commentaires

Mon tableau Tadjoura est le premier grand format (50 X 70) que j’ai fait. Je l’avais réalisé en janvier et février de cette année. J’en étais d’abord plutôt contente. Puis assez rapidement, le ciel très tourmenté ne me plaisait plus et d’autres défauts ont commencé à me sauter aux yeux à mesure que je progresse grâce à ma prof Anne Claude et aux excellents conseils de mes amies du Club de peinture.

Donc  j’avais décidé de le passer au Gesso et de refaire autre chose dessus. Je l’ai encore regardé en détail avant de l’effacer et je trouvais qu’en fait la maison et la plage du bas me plaisait encore. Finalement le problème était surtout ce ciel très chargé et tourmenté. Donc un soir j’ai refait le ciel d’une façon qui me plaisait mieux et j’ai décidé d’attendre le lendemain pour voir si j’effaçais tout ou pas. Le lendemain j’étais très contente de mon ciel, mais alors c’était la mer qui ne s’accordait plus avec le ciel… donc j’ai refait la mer.

Le tableau était mieux, mais pas encore tel que  je le voulais. Comme on avait un atelier libre au Club l’après midi, je l’ai apporté et j’ai demandé des conseils à Micheline, une artiste accomplie qui nous donne toujours d’excellents conseils. Grâce à son aide, j’ai changé la falaise, éclairci la forêt etc. Elle a apporté les corrections finales et maintenant, je suis très satisfaite de mon tableau qui illumine mon salon.

Ce qui est amusant, c’est qu’un tableau semble vivant. Si on change une partie, le reste ne va plus et un changement en entraînant un autre, le tableau finit par se transformer du tout au tout.

Je ne sais pas combien de temps cette version va me plaire, mais pour l’instant j’en suis satisfaite. J’aime ces couleurs lumineuses, plus conformes à la dimension spirituelle que ce lieu représente pour moi, une image de la sérénité et de l’espérance.  Et ce qui rend ce tableau encore plus précieux à mes yeux, c’est qu’Anne Claude et Micheline qui m’ont aidée à le réaliser ont écrit un petit mot au dos. La couleur de l’amitié lui donne une très grande valeur à mes yeux.

Voici l’ancienne version:

Et la nouvelle:

Je suis aussi contente de constater que je fais des progrès.

Entry filed under: Dessin-peinture. Tags: .

Savon du Millénaire Le rectificateur, de Jeffery Deaver, un polar éthique

13 commentaires Add your own

  • 1. Flocréa  |  6 août 2011 à 22 h 31 min

    Ah tu vois la progression est flagrante comme cela ….il est évident que tu maîtrise mieux la peinture et ses mélanges ….
    bravo à toi

    Répondre
  • 2. claude  |  6 août 2011 à 23 h 51 min

    coucou,
    le premier me plaisait mais le second encore plus. il me semble plus paisible et plus lumineux. bravo.
    tu vois j’en apprends des choses avec toi car je ne savais pas qu’on pouvait refaire dessus. Je pense que si tu en fais du genre pour les marché tu en vendras.
    gros bisous

    Répondre
  • 3. Malivoyage  |  7 août 2011 à 11 h 36 min

    Effectivement cette nouvelle version est plus lumineuse. Je trouve cependant que le bleu soutenu qui jouxtait le blanc de la maison la faisait paraître plus lumineuse et j’aimais bien ce contraste qui créait de la lumière. Je foncerais donc eut-être juste à ce endroit (et sans doute un autre pour équilibrer le tableau, car comme tu le dis, quand on change une partie, il faut recomposer l’harmonie de tout le tableau).
    Tu viens de faire des expériences passionnantes : les cycles d’un tableau et l’amitié entre peintres.
    Bises, Patricia

    Répondre
  • 4. titemarie  |  7 août 2011 à 14 h 29 min

    Quelle progression, j’aimais le premier mais j’adore le second qui me parle plus.
    Bisous ma fée.

    Répondre
  • 5. Zhom  |  7 août 2011 à 15 h 19 min

    Coucou Pat, je ne suis pas spécialiste en la matière mais tu as raison, il est beaucoup plus lumineux et puis surtout il doit te plaire. Et si demain ce n’est plus le cas, l’impermanence des choses lui donnera une nouvelle dimension sous ton coup de pinceau. Bisous🙂

    Répondre
  • 6. Solange  |  7 août 2011 à 17 h 10 min

    Cette nouvelle version est beaucoup plus clair,on sent plus l’effet de la température sur le décor. J’aime.

    Répondre
  • 7. cannella  |  8 août 2011 à 4 h 20 min

    Moi je les aime les deux et encore plus le mien !
    Bisous et merci ma Pat

    Répondre
  • 8. Irène  |  10 août 2011 à 18 h 21 min

    Bravo, mille bravos ! Le cheminement se fait bien.
    Je t’embrasse.

    Répondre
  • 9. le Pierrot  |  15 août 2011 à 19 h 44 min

    Pat, bonjour, l’art que tu pratiques te fera toujours faire des progrès, c’est cela qui est enrichissant, idem pour la photo…je ne comprends pas pourquoi tu as des soucis pour commenter chez moi, c’est bizarre ce truc, et je ne peux pas y faire grand chose, désolé, car j’aime bien tes coucous…bisous, bonne fin de lundi…

    Répondre
  • 10. La chuchoteuse  |  30 août 2011 à 19 h 58 min

    Ah oui , ça c’est du progrès ! Coucou et bisous à toi .

    Répondre
  • 11. pauline  |  9 septembre 2011 à 17 h 03 min

    A mon tour de venir faire un tour chez toi ¨! ce tableau est vraiment beau ! félicitations ! moi je fais un chien on dirait un cochon alors je t’admire !

    Répondre
  • 12. Transall  |  7 janvier 2012 à 19 h 56 min

    Bonjour,
    Après avoir musardé un peu sur votre blog au gré des différents billets, notamment littéraires, je découvre la présentation de votre toile intitulée « Tadjoura ».
    S’agit-il de Tadjourah situé en République de Djibouti (ex Territoire Français des Afars et des Issas que j’ai connu dans les années 70) et doit-on y voir une affinité avec l’ouvrage « Tadjoura » de Jean-François Deniau ?
    Quoi qu’il en soit, le nom seul de Tadjourah évoque un tas de (très bons) souvenirs en ce qui me concerne, lorsqu’après avoir pris le bac nous partions en direction de Randa et la forêt du Daï, passant la nuit sur place avant de prendre la piste. Souvenir entre autre d’une nuit fort agitée où nous avions décidé de dormir dehors sur des lits de camps, avant d’être noyés sous des trombes d’eau et devoir rentrer précipitamment sous abri (un comble pour un endroit aussi aride que le TFAI).
    La ville « aux sept mosquées » comme nous l’appelions alors était un endroit très agréable et votre toile lui fait honneur.
    Amitiés.

    Répondre
  • 13. Transall  |  8 janvier 2012 à 16 h 19 min

    Bonjour Pat,
    Merci pour votre petit mot sur mon blog à propos de Tadjourah. Incidemment, je viens de m’apercevoir que votre tableau s’inspire de la photo qui orne l’entête de votre blog. Il semble que cette ville vous inspire, effectivement…
    Concernant le mail que vous m’indiquiez avoir envoyé, celui-ci n’est à ce jour pas arrivé dans ma messagerie. Probablement une erreur de ma part dans l’indication de l’adresse. Je laisse à nouveau cette référence à l’appui du présent commentaire…
    Excellente fin de week end.
    PS – La lecture de la « Vitre brisée » de Jeffery Deaver progresse et l’ouvrage se révèle en effet très bien construit. Aux deux tiers avalés et pas encore de réel indice sur le coupable…

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Pat0212 sur Hellocoton

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 24 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :