La onzième plaie, d’Aurélien Molas

1 avril 2012 at 6 h 39 min 1 commentaire

Je vous présente le premier des deux polars reçus dans le cadre du prix des lecteurs du Livre de poche pour le mois de mars. Je ne sais pas encore ce que va me réserver le deuxième, qui semble aussi très prometteur, mais celui-ci est un excellent thriller, je ne me suis pas ennuyée une seconde en le lisant et si le second est aussi prenant, j’aurai bien de la peine à faire mon choix lors du vote.

Ce livre très dur nous plonge au coeur de la lutte contre la pédophilie dans un Paris dévasté par la grogne sociale et les émeutes.

Le capitaine Alain Broissard est envoyé au Havre où les douaniers ont intercepté par hasard un container contenant des DVD de pornographie enfantine particulièrement horribles. Alain a été envoyé au Havre par son chef, Maxime Kolbe, parce qu’à Paris se déroule le procès de Gérard Maurois, un présumé pédophile que son unité a arrêté. L’affaire se présente mal car la foule a incendié sa maison en apprenant son arrestation. Sa femme et son fils de 6 ans sont morts dans les flammes. Les pièces à conviction sont très lacunaires et le prévenu est acquitté. Il s’empressse de déposer plainte contre les 2 policiers à l’origine de son arrestation.

En même temps, les lieutenants Paul Garcia et Blandine Pothin, équipiers au travail  et dans la vie, sont envoyés par leur supérieur dans le métro où deux jeunes filles se sont suicidées en se jetant sous un train. L’affaire est vite classée par le procureur, le commissaire Rilk qui voyageait sur cette ligne a assisté au drame, ainsi que tous les témoins qui sont formels: les deux filles ce sont jetées sous le métro. Blandine trouve que quelque chose cloche et enquête sur ce suicide contre l’avis de son supérieur, le commissaire Rilk.

Suite à leur erreur qui a causé la mort de deux personnes, Alain et Maxime sont suspendus. Leur collègue Léo continue tout seul l’enquête sur l’affaire du Havre. Maxime se plie à la sanction et collabore avec la police des polices qui découvre que l’enquête sur Maurois a été bâclée et que nombre de documents sont falsifiés. Alain refuse de charger son supérieur et ami, comme on le lui propose et prend la fuite. Il veut absolument résoudre l’affaire du Havre et mène une enquête clandestine avec un ami.

Les divers protagonistes mènent des enquêtes parallèles qui finissent par s’imbriquer et révèlent l’étendue de la corruption qui minent les services de police.

Comme le lecteur suit l’ensemble des enquêtes en cours, il sait bien avant les policiers qui est l’assassin. Le suspense dure jusqu’au bout du roman et les révélations s’enchaînent.

Il s’agit d’un polar très dur, avec beaucoup de violence et de cadavres. l’auteur insiste sur les plaies de l’âme des policiers, leurs motivations, leurs blessures secrètes. Côtoyer l’horreur au quotidien les mutile au plus profond de leur être. Cet aspect est particulièrement intéressant et original, il est rare de voir les états d’âme des policiers dans les thrillers. La justice finira par triompher, mais tous les protagonistes y paieront un très lourd tribut. La construction des phrases est parfois très hâchée et les mots très crus lorsqu’il s’agit de souligner la souffrance des policiers, prêts à tous les compromis pour sauver les enfants en danger.J’ai beaucoup aimé cette manière de lier la forme et le fond.

Dans l’ensemble je trouve ce livre très original, il nous permet de suivre les enquêtes en acteur et non en spectateur, tant Aurélien Molas a su nous faire pénétrer dans la tête et les le coeur de ces policiers.

Publicités

Entry filed under: Lectures.

La prophétie Charlemagne, de Steve Berry L’enfant perdu, de John Hart

Un commentaire Add your own

  • 1. Transall  |  8 avril 2012 à 15 h 23 min

    Bonjour,
    Ce livre semble intéressant, bien qu’un peu « noir » si j’en crois le résumé que vous en faites.
    Compte tenu du lieu et du contexte décrits, j’en déduis (peut-être à tort) qu’il s’agit d’un ouvrage rédigé par un auteur français.
    Pour être franc, jusqu’à présent je n’ai jamais vraiment accroché sur les policiers écrits par mes compatriotes, mais il est toujours temps de dénicher la perle rare et changer d’opinion.
    Amitiés.

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Pat0212 sur Hellocoton

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 24 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :