Un café sur la Lune, de Jean-Marie Gourio

10 avril 2012 at 6 h 37 min 1 commentaire

Je vais partager aujourd’hui avec vous un petit livre étrange et poétique, bien loin des polars que j’aime… mais je ne tiens pas à me cantonner à un seul genre, grâce aux chroniques de l’imaginaire, je découvre bien des trésors inattendus.

En 2095, la Terre est ravagée par les crises économiques et climatiques. Elle est encore habitable, mais les autorités ont entrepris depuis quelques années la colonisation de la Lune. Si certains colons y vont de leur plein gré dans l’espoir d’une vie meilleure, la planète sert aussi à se débarrasser marginaux ou des personnes qui troublent l’ordre public de façon grave ou non. Ainsi, comme pour l’Australie autrefois, on offre aux colons de faire table rase de leur passé sur Terre s’ils s’engagent dans les mines lunaires.

Cette nuit marque l’ouverture du premier café sur la Lune, tenu par Bob Feinn un Irlandais et sa femme Tin Tao une dissidente chinoise. Bob a dû se démener pour obtenir l’autorisation d’ouvrir son bar car les autorités craignent des troubles à l’ordre public. Les premiers clients affluent.Ce sont tous des marginaux. Il y a un groupe de mineurs, des chanteuses, des enfants perdus, des Touaregs et quelques autres . Ce sera une nuit de folie, d’ivresse, de bataille, mais surtout de poésie.

Les hommes communient dans la chaleur du café, de nouveaux rêves et de nouveaux espoirs prennent corps.

Un libraire amoureux des vieux livres fait vivre la littérature en semant des volumes sur la Lune. C’est ainsi qu’un des mineurs puise son énergie en lisant Jean Genet. Il y a peu d’action dans ce roman, sauf à la fin, mais la langue est d’une incroyable richesse. On peut le lire comme un long poème en prose dédié à la fête, bien sûr, mais surtout à l’amitié, à la vie dans un univers où chacun trouve sa place, aussi un hymne à la tolérance qui dit la richesse des exclus et des marginaux. La Lune devient le lieu de tous les possibles.

Même si le livre se passe sur la Lune, c’est un prétexte pour parler de la Terre et on ne peut pas le ranger dans la catégorie science-fiction.

Publicités

Entry filed under: Lectures.

Séléné et le pouvoir de la Lune, de Sandra Rastoll Lotus

Un commentaire Add your own

  • 1. claude  |  10 avril 2012 à 8 h 36 min

    tu ne seras pas étonnée si je te dis que je ne l’ai pas lu !!!!
    Pour moi qui suis assez nostalgique et qui déteste déménager, ça serait un authentique déracinement et je ne crois pas que j’aimerais aller habiter sur la lune !! lol tu imagines toutes mes perles s’envoleraient !! une véritable catastrophe ! lol
    il fait super beau ce matin, pourvu que ça dure toute la semaine !
    gros bisous et à vendredi

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Pat0212 sur Hellocoton

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 24 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :