En attendant Robert Capa, de Susana Fortes

23 avril 2012 at 5 h 52 min 3 commentaires

Gerta Pohorylle et André Friedmann, ça vous dit quelque chose? Non? Et si je vous dis Gerda Taro et Robert Capa? Oui bien sûr, ce sont deux photographes connus. Et pourtant ce sont les mêmes personnes.

Susana Fortes nous donne la clé de ce mystère dans un très beau roman, particulièrement bien documenté. Il commence à Paris en 1933. Gerta, une Juive polonaise  fuit Leipzig et la montée de l’antisémitisme avec son amie Ruth Cerf. Ses frères Karl et Oskar sont des militants communistes, comme son fiancé Georg, ce dernier s’est exilé en Italie. Les deux jeunes femmes arrivent à Paris fin 1933 un peu par hasard.

De très nombreux exilés qui fuient l’antisémitisme et/ou le fascisme se retrouvent à Paris, ils fréquentent les cafés de la Rive gauche et de Montparnasse, en particulier le Dôme et le Capoulade qui deviennent des hauts lieux  de la gauche et de l’intelligentia en exil, les manifestes se succèdent. Gerta est très active dans ce milieu grâce à sa connaissance des langues étrangères.

Elle travaille comme secrétaire, puis rencontre André Friedmann, un autre exilé. Il l’initie à la photographie et peu à peu elle devient son manager et son grand amour.

Le roman raconte la vie de Gerta de son arrivée à Paris fin 1933 à son décès en juillet 1937 lors de la guerre d’Espagne. Le roman est très documenté et tous les personnages ont vraiment existé.  Le point de vue adopté est celui de Gerta. On vit les 4 dernières années de sa vie avec elle. Parfois l’auteur fait intervenir un narrateur  qui connaît la fin de l’histoire pour donner un aspect plus dramatique comme par exemple lorsque la mort de David Seymour (Chim) ou de Capa sont décrites alors qu’il mourront en 1947 et 1954.

Gerta est un personnage très attachant, tout comme Robert Capa.C’est une femme moderne et indépendante qui annonce Simone de Beauvoir. J’ai beaucoup aimé l’éclairage donné par l’auteur sur le Paris des années 1930 et la guerre d’Espagne. Comme tout est vrai dans ce roman, on est très proche d’un document, mais il est écrit de façon romanesque. Ce roman permet une plongée dans ces années où le destin de l’Europe a basculé sans retour.

C’est un livre très court, de 240 pages, mais très dense et d’une lecture exigeante.

Entry filed under: Lectures. Tags: .

7 femmes contre Edimbourg, d’Ely M. Liebow Le temps de la prophétie, de S.J. Parris

3 commentaires Add your own

  • 1. claude  |  23 avril 2012 à 17 h 03 min

    coucou
    tu ne seras pas étonnée si je te dis que je ne l’ai pas lu ! lol d’ailleurs je ne connais pas non plus les photographes !
    je t’ai trouvé une bouteille qui devrait convenir c’est pas une granini mais je te la donnerai quand tu viendras.
    j’espère que ta nuit n’a pas été trop pénible et que la suivante sera bien meilleure encore.
    as tu pu te reposer un peu ?? moi peu dormi la nuit dernière.
    bon je vais enfin mettre le nez dans mes perles !
    à tout bientôt. gros bisous

    Répondre
  • 2. Estellecalim  |  23 avril 2012 à 19 h 29 min

    J’avais adoré ce livre qui m’avait vraiment marqué. C’est bien écrit et on apprend aussi plein de choses. Un vrai plaisir !

    Répondre
  • 3. cosmejane  |  10 mai 2012 à 0 h 56 min

    j’ai beaucoup aimé merci.
    Bisous jeanne

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Pat0212 sur Hellocoton

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 24 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :