658, de John Verdon

24 juin 2012 at 6 h 23 min Laisser un commentaire

C’est le deuxième polar du mois de juin, toujours dans le cadre du prix du jury du LP. Vous pouvez retrouver cette chronique et bien d’autre ici.

Dave Gurney, inspecteur vedette du NYPD, est à la retraite à la campagne depuis 2 ans. Il a de la peine à oublier son travail et s’ennuie passablement. Il s’est lancé dans un projet artistique basé sur des photos d’assassin et de tueurs en série, ce qui est un sujet de tension avec sa femme Madeleine. Il y en a bien d’autres, car Dave peine à s’adapter à sa nouvelle vie, sans compter que le couple n’arrive pas à faire le deuil de leur fils de 4 ans mort 15 ans auparavant.

Dans ce tableau peu idyllique de la vie à la campagne, Dave reçoit un mail de Mark Mellery, un ancien compagnon d’université perdu de vue depuis longtemps. Mark est devenu un écrivain New Age en vogue et anime un centre de renouveau spirituel. Il a reçu une lettre inquiétante d’un homme qui lui demande de penser à un nombre au hasard entre un et mille. Il choisit six cents cinquante huit et son interlocuteur a deviné juste. Ensuite il lui envoie des poèmes de plus en plus menaçants. Complètement paniqué, Mellery fait appel à Gurney pour résoudre ce mystère, il pense que les menaces ont un lien avec son passé d’alcoolique et de ce qu’il a pu faire en étant trop saoul pour s’en souvenir. Gurney lui conseille à plusieurs reprises de s’adresser à la police, mais Mellery refuse obstinément, pensant que les forces de l’ordre vont semer la zizanie dans son institut réservé à une clientèle fortunée. Mark se fait ensuite égorger sur sa terrasse.

Gurney collabore à l’enquête avec la police et il s’avère rapidement qu’ils sont sur la piste d’un sérial killer particulièrement redoutable, les morts se multiplient jusqu’au dénouement final.

C’est un roman policier à la facture très classique, on a un policier vedette à l’âme tourmentée qui mène une enquête complexe en aidant une police locale campagnarde débordée. Son couple vacille et l’enquête le distrait de ses soucis personnels. Le portrait des policiers locaux n’est vraiment pas flatteur, ils sont tous plus incompétents et arrogants les un que les autres. Le seul qui échappe aux critiques acerbes est un autre inspecteur de New York. La vision de la campagne est plutôt négative, ennui et incompétence.

Gurney remonte peu à peu la piste du tueur, les indices sont semés au fil des pages et le suspense est bien préservé, on ne comprend qu’à la fin qui est le tueur et pourquoi il agit ainsi. La confrontation entre Gurney et le tueur est très prenante.

Ce livre compte près de 600 pages et même si on ne s’y ennuie pas, l’intrigue est parfois tirée en longueur et aurait gagné à être plus compacte. Mais c’est un polar très classique qui ravira les amateurs du genre.Au niveau de la forme. Le livre est divisé en chapitres avec un titre qui informe du contenu des pages qui le composent. Il y avait bien longtemps que je n’avais plus trouvé ce schéma, qui rattache aussi ce livre aux polars les plus classiques. La fin affaiblit un peu l’histoire, Gurney prend de bonnes résolutions concernant sa vie personnelle, qui sentent un peu les bonnes résolutions de Nouvel An, de celles qu’on oublie bien vite en janvier. J’ai regretté ce happy end, mais il fait aussi partie des canons de la littérature américaine.

Entry filed under: Lectures. Tags: .

Mélanges de sangs, de Roger Smith Mont St Michel II

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Pat0212 sur Hellocoton

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 24 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :