A la gloire des bêtes, d’Emmanuelle Héran

21 juillet 2012 at 5 h 55 min 1 commentaire

Il s’agit d’un magnifique petit livre publié à l’occasion de l’exposition Beauté animale qui se tient au Grand palais jusqu’au 12 juillet 2012. Cette exposition, comme ce petit livre, est consacrée à la peinture et la sculpture animalières du Moyen Age à nos jours.

Ce livre a un format très original, il ne compte que peu de pages, mais toutes se déplient pour dévoiler de magnifiques reproductions de tableaux ou de sculptures. Les pages sont en papier cartonné qui présente une bonne résistance aux manipulations, ainsi on profitera longtemps de ces belles images.

La peinture animalière est réputée pour être un genre mineur. Emmanuelle Héran nous fait découvrir son histoire. Si au Moyen Age la représentation des animaux n’est que symbolique et qu’on n’accorde pas d’importance à la représentation exacte, les choses changent à la Renaissance.  Grâce à la découverte du Nouveau Monde, de nouveaux animaux apparaissent, les princes se constituent des zoos privés auxquels les artistes ont accès. Les études anatomiques progressent tant pour les hommes que pour les animaux.

Au 16ème et 17ème siècles, les peintres hollandais excellent dans la représentation des vaches et autres ruminants, qui devient un genre à part. Parmi les animaux sauvages, les félins sont sur représentés, sans doute parce que leur observation est facilitée par le fait qu’ils dorment beaucoup au cours de la journée.

Une nouvelle étape sera franchie avec l’apparition de la photographie qui permet enfin une représentation exacte d’animaux plus difficiles à immortaliser comme les poissons ou les oiseaux. Degas par exemple modifie sa façon de peindre les chevaux après avoir étudié une série de photos faite par un spécialiste. Les animaux gagnent en réalisme ce qu’ils perdent en mystère.

L’art contemporain s’intéressent aux animaux mal aimés comme les chauve-souris ou les crapauds (Picasso). Des sculpteurs comme Giacommetti ont aussi rendu hommage é la beauté des bêtes. Le fameux ours polaire de Pompom est une des sculptures les plus connues et aimées du monde et c’est devenu un symbole maintenant que ces bêtes sont menacées par la pollution.

Les planches de ce petit livre sont de grande qualité et les amoureux de la peinture et/ou des animaux en seront enchantés.

J’ai eu la grande chance de voir cette exposition grâce à mon amie Jane et ce fut un enchantement.

Publicités

Entry filed under: Lectures.

Le dernier homme bon, d’A.J Kasinski Risotto vert

Un commentaire Add your own

  • 1. claude  |  21 juillet 2012 à 9 h 59 min

    faudra que tu me montres ce livre !!
    bon on rentre déjà demain. la semaine a passé vite !
    bonne journée et gros bisous

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Pat0212 sur Hellocoton

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 24 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :