Frontière mouvante, de Knut Faldbakken

30 juillet 2012 at 5 h 35 min 1 commentaire

Vous trouverez aussi cette chronique ici.

Arne Vatne est menuisier dans une petite ville de Norvège, proche de la frontière suédoise. C’est un homme aux principes rigides, qui n’aiment pas les étrangers et se fait du souci pour sa fille Anne qui étudie à Oslo. Il s’entend bien avec son patron et gagne bien sa vie depuis qu’il s’est spécialisé dans l’aménagement des boutiques. Il travaille souvent en Suède et s’arrête dans un camping sur la frontière pour  la nuit. Un soir il rencontre une jeune fille fragile à la cafétéria du  camping et passe la nuit avec elle.  Le lendemain, il va lui acheter un cadeau et retourne au camping, mais la fille est partie. Birgitta la gérante du camping ouvre les yeux d’Arne et lui explique que sa belle est une prostituée et que son  souteneur est venu la chercher. Le menuisier est très en colère et se sent trahi par la fille . Il rentre chez lui, mais la neige s’est mise à tomber, la route est glissante et ses pneus sont lisses. A un moment donné il voit une voiture dans le fossé et une femme qui gesticule au bord de la route. Il a entendu dire que les étrangers procèdent souvent ainsi pour voler les voitures des conducteurs apitoyés qui s’arrêtent, il continue donc sa route et ne sait pas s’il a heurté ou non la femme, en qui il reconnaît à la dernière minute la prostituée avec qui il a passé la nuit. Il ne veut rien savoir et s’en va. A son retour, sa fille a invité son ami, un étranger qui a un magasin de fleurs. Cette relation ne dit rien de bon à Arne.

L’inspecteur Jonfinn Walmann se réjouit de partir en week end en Suède voisine où son amie, aussi policière suit un stage avec la police des frontières. L’après-midi la brigade a trouvé un fourgon abandonné et rempli de poulets congelés. Walmann pense que ce trafic de poulet cache autre chose, mais ne veut pas s’en occuper avant le lundi, il délègue à son collègue Rusten et s’en va. En route il trouve la jeune fille morte sur la route et la voiture verte abandonnée. Il pense qu’il s’agit d’un chauffard qui s’est enfui et appelle le commisariat de la ville voisine car il veut absolument arriver assez tôt auprès de son amie Anita. Il passe un excellent week end et fait la connaissance de Jan Timonen, un flic qui travaille dans la police des frontières. Ce dernier prépare une grosse opération de démantèlement d’un trafic de drogue et demande à Walmann de participer. Timonen est un flic peu conventionnel qui agit  selon ses propres règles et Walmann se laisse fasciner par ce collègue si différent.

Tout est en place pour que l’intrigue s’emballe autour de Walmann qui découvre avec stupeur que sa région est en proie à tous les trafics, alors que son commisariat ne traite pas de criminalité grave d’habitude. Il est particulièrement indigné par la traite humaine et veut aider ces victimes, même si sa hiérarchie et Timonen font tout pour le décourager.

Je ne peux pas vous en dire plus pour ne rien révéler de cette palpitante intrigue qui emporte les protagonistes et les lecteurs dans un tourbillon .

Les personnages principaux, Walmann et Vatne, sont attachants et très humains. Walmann a la volonté de sauver les victimes de la prostitution dans la mesure de ses moyens. Et le menuisier apprend de ses erreurs, il se lance aussi dans une croisade pour sauver sa fille.

L’écriture est très agréable,  le livre est découpé en courts chapitres. Ce n’est pas qu’un polar, les personnages ont une profondeur et une cohérence. Le thème principal est celui de la prostitution, l’auteur dénonce l’impuissance des sociétés occidentales face aux mafias de l’Est.

Il y a beaucoup d’action, l’intrigue est très bien écrite et progresse harmonieusement. Le dénouement est inattendu, avec un happy end, mais pas à l’américaine. C’est un superbe polar qu’on ne peut plus lâcher avant la fin, avec des personnages non stéréotypés. Comme c’est écrit sur la couverture, citant le courrier international, » une intrigue glaciale et terrifiante », mais qui finit bien.

C’est un très gros coup de coeur que je recommande chaleureusement.

 

Entry filed under: Lectures. Tags: .

Mon père d’Orhan Pamuk Le retour du Général, de Benoît Duteurtre

Un commentaire Add your own

  • 1. claude  |  30 juillet 2012 à 8 h 17 min

    il a l’air vraiment bien ce livre ! dommage que je n’ai pas beaucoup le temps de lire sinon je te l’aurais emprunté.
    à tout à l’heure. gros bisous

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Pat0212 sur Hellocoton

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 24 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :