Le retour du Général, de Benoît Duteurtre

2 août 2012 at 6 h 11 min Laisser un commentaire

Vous retrouvez cette chronique et bien d’autres ici.

Le narrateur n’a pas de nom et parle en Je, il est journaliste spécialisé dans la musique. Il habite Paris et déplore l’évolution de la société actuelle sous la férule de Bruxelles et de l’impérialisme culturel des USA. Il nous fait partager une promenade dans laquelle il ne fait que constater que les choses ne sont pas comme elles devraient l’être, du moins à son goût. Le summum de l’horreur est atteint lorsqu’il commande un oeuf mayonnaise. La sauce est industrielle et le patron lui explique que la nouvelle directive de Bruxelles sur les sauces émulsifiées interdit la mayonnaise maison dans les bistrot pour des raison d’hygiène. Là c’en est trop et notre journaliste lance une pétition signée par une vingtaine d’intellectuels pour le retour de l’oeuf mayonnaise maison dans les bistrots.

Les autres protagonistes du livre sont Mustapha Zeggai, sa femme Alba et leur fils Maurice dit Momo. Mustapha est infirmier, c’est un Algérien dont le grand père a combattu dans la France libre. Mouss, devenu français et est très patriote, sa femme est antillaise et leur fils  tenté par l’islamisme, bref une famille bien caricaturale. Bien sûr Mustapha déplore que son beau quartier de villas soit devenu une vague zone industrielle à l’abandon depuis que la mairie a entrepris de régler les problèmes de circulation. Un soir où la famille regarde une émission de télé réalité, au grand déplaisir du père, l’image se brouille, la musique de Radio Londres retentit et le Général de Gaulle apparaît en noir et blanc. Il paraît largement ses 120 ans et fait une grande déclaration. Il veut restaurer la grandeur nationale mise à mal par Bruxelles.

Les gens s’interrogent sur ce retour, mais le Général apparaît semaine après semaine à la télévision. Il accuse tous les gouvernements depuis quarante ans d’avoir bradé la grandeur et l’indépendance de la France. Les manifestations se multiplient, finalement le Président dissout l’Assemblée nationale. Le nouveau parti Vraiment gaulliste remporte les élections, le président jette l’éponge et le vieux Général s’installe à l’Elysée pour mettre en oeuvre un programme de retour au bon vieux temps.

Je me réjouissais beaucoup de lire ce livre et j’en ai été assez déçue. Certes il y a de l’humour dans les propos de l’auteur, comme quand le Général, lors d’un meeting avant les élections législatives se trouve à la Courneuve et lance aux jeunes  » Vive le rap libre » ou d’autres détournements de ses grandes phrases, mais il n’y en a pas assez pour faire passer le message très passéiste de l’auteur. Quant à son enlèvement au ciel, c’est tellement caricatural que ça n’est même plus amusant.

Ce livre est assez inégal, certains passages sont très réussis et plein d’humour, des pastiches réussis, en particulier le chapitre intitulé le monde enchanté du Général, ainsi que quelques détournements des discours historiques de De Gaulle. Mais dans l’ensemble le discours est pesant et très politique. La rencontre entre De Gaulle et Chirac lors d’une soirée à l’Elysée aurait pu donner lieu à un dialogue amusant, mais à la place on a un règlement de compte, le Général accusant son successeur (sans doute avec raison) d’avoir juste été un fossoyeur de plus pour le gaullisme.

Si tout le livre avait été placé sous le signe de l’humour, il aurait été très réussi, mais ici l’enrobage de sucre est trop léger pour faire passer l’amertume du sirop.  Le message du livre est que la France comme les autres pays s’est totalement dissoute dans les Etats Unis d’Europe, le dernier chapitre étant d’ailleurs très édifiant à ce sujet.

Je recommande la lecture de ce livre aux fans du Général (et encore!)  mais surtout à tous les allergiques à Bruxelles qui désirent entendre un discours très anti UE primaire.  N’appartenant à aucune de ces deux catégories, je reste sur ma faim, je regrette que l’auteur ait choisi de faire cohabiter deux discours dans son livre, un texte humoristique très agréable et un discours politique très réactionnaire, mais la mayonnaise n’a malheureusement pas pris.

Publicités

Entry filed under: Lectures.

Frontière mouvante, de Knut Faldbakken Aux malheurs des dames, de Lalie Walker

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Pat0212 sur Hellocoton

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 24 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :