Les murmures, de John Connolly

7 octobre 2012 at 2 h 10 min Laisser un commentaire

Vous retrouverez cette chronique et bien d’autres ici.

C’est avec un immense plaisir que j’ai retrouvé John Connolly, un auteur irlandais qui situe ses romans aux USA, créateur de Charlie Parker, à ne pas confondre avec Michael Connelly, le papa d’Harry Bosch.

Charlie Parker, détective privé de son état, nous entraîne cette fois dans le Maine, Etat voisin du Canada. Il y vit et s’occupe de missions alimentaires pour faire vivre son agence, comme de la surveillance ou des escroqueries à l’assurance, en tout cas rien de bien passionnant. Aussi lorsqu’un de ses amis lui demande d’enquêter sur le mari d’une de ses employées qu’il soupçonne d’être violent, il ne se fait pas prier. Le fils de son ami, ancien soldat vient de suicider. Il était en Irak et son retour à la vie civile s’est très mal passé. Le mari violent était aussi en Irak, dans la même unité. Il est aujourd’hui camionneur et semble vivre au-dessus de ses moyens pour quelqu’un qui transporte des croquettes pour animaux entre le Maine et le Canada.

Je ne vous en dis pas plus pour ne pas déflorer l’intrigue, mais je vous encourage vivement à découvrir ce passionnant thriller qui a pour thématique  les traumatismes de guerre subis par les G.I qui s’engagent souvent pour obtenir une bourse d’études, qu’ils n’auront jamais et qui en plus se retrouvent complètement abandonnés par l’administration lorsqu’ils rentrent blessés ou ou invalides. On voit que rien n’a changé depuis le Vietnam. Un autre thème est le trafic d’antiquités volées en Irak.

Ce roman est très bien écrit, l’intrigue est solide, le suspens parfaitement maîtrisé et comme toujours chez Connolly, il y a une pointe de fantastique pour donner du piquant à l’histoire. Pour autant il ne tombe jamais dans la facilité, les monstres qui rôdent pourraient très bien n’exister que dans l’esprit traumatisé des personnages, qu’il s’agisse des anciens soldats ou de Charlie Parker, qui ne s’est jamais remis de l’assassinat de sa femme et de sa fille. Parker aime se confronter au mal métaphysique.

C’est un roman vraiment passionnant et un gros coup de coeur que je vous recommande chaleureusement. Après cette lecture, si vous entendez des murmures au coeur de la nuit, vous prendrez vos jambes à votre cou!

 

 

 

Publicités

Entry filed under: Lectures.

Los Angeles noir, présenté par Denise Hamilton Furor, de Fabien Clavel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Pat0212 sur Hellocoton

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 24 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :