Blanc comme la nuit, d’Ann Cleeves

13 octobre 2012 at 6 h 44 min Laisser un commentaire

Vous retrouverez cette chronique et bien d’autres ici.

Dans un petit village des Shetland, Kenny Thomson, un paysan, découvre un cadavre pendu dans sa cabane de pêche. Il s’agit d’un Anglais que personne ne connaît. L’inspecteur Jimmy Perez pense qu’il s’agit d’un meurtre et mène l’enquête avec son supérieur et ami Roy Taylor, venu tout exprès d’Inverness. Même si les deux hommes sont amis, ils sont très différents et se lancent dans une compétition pour résoudre le crime. Taylor est un hyperactif qui veut résoudre l’affaire au plus vite tandis que Perez est méthodique et plutôt lent. Par certains côté, il fait penser au célèbre lieutenant Colombo. Il prend tout son temps pour interroger les habitants de l’île, mais bien sûr personne ne sait rien. L’enquête se passe en été quand le soleil ne se couche jamais vraiment, les habitants sont énervés et comme nous sommes dans un petit village où tout le monde se connaît les soupçons et les ragots vont bon train. Perez est très occupé entre son enquête sur cet Anglais dont personne n’a jamais entendu parler et l’agitation de son collègue. Il trouve toutefois le temps de tomber amoureux d’une habitante de l’île.

Ann Cleeves sème les indices tout au long du roman, parfois on devine où elle veut en venir, mais le plus souvent on se perd en route. Dans l’ensemble, le suspens est très bien préservé jusqu’au bout. Tous les habitants semblent avoir des choses à cacher et l’enquête progresse lentement. Toutefois elle s’accélère dans les cinquante dernières pages après la découverte d’un deuxième cadavre. Le dénouement est totalement inattendu, même s’il un tout petit peu tiré par les cheveux.

Il s’agit donc d’un polar très classique, mais son plus grand intérêt réside dans la peinture de cette île et  du caractère particulier de ses habitants. La manière qu’a l’auteur de nous faire soupçonner tous les personnages l’un après l’autre et de nous surprendre par un dénouement si inattendu est très agréable. Les personnages sont très variés. Même si ce n’est pas le polar de l’année, ce livre nous fait passer un excellent moment et surtout nous donne envie de découvrir ce coin perdu d’Ecosse.

Entry filed under: Lectures. Tags: .

Furor, de Fabien Clavel Un torse dans les rochers, d’Hélène Tursten

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Pat0212 sur Hellocoton

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 24 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :