Un torse dans les rochers, d’Hélène Tursten

16 octobre 2012 at 6 h 06 min Laisser un commentaire

Vous retrouverez cette chronique et bien d’autres ici

Ce roman est le troisième d’une série de huit consacrée aux enquêtes de l’inspecteur principal Irène Huss, du commissariat de Göteborg en Suède, mais le premier traduit en français et on peut regretter que les deux premiers opus ne soient pas traduits dans notre langue.

Par un beau matin du mois de mai, une promeneuse – ou plutôt son chien- trouve un cadavre mutilé sur une plage de Göteborg. Il s’agit d’un homme dont on ne retrouve que le torse, lequel porte heureusement un tatouage asiatique qui facilitera son identification. L’enquête est confiée à l’inspecteur Irène Huss. Cette dernière tranche sur la majorité de ses collègues, inspecteur de polars, car elle est une personne tout à fait normale, mariée à un cuisiner et mère de deux filles jumelles adolescentes. Ce personnage nous change des inspecteurs traumatisés que nous rencontrons souvent dans les polars. Irène a une vie privée simple et sans histoire, ce qui la change agréablement de son travail et surtout de cette enquête particulièrement macabre.  Les cadavres s’accumulent, le tueur semble sévir dans l’entourage même d’Irène, qui mène ses investigations entre la Suède et le Danemark.

L’intrigue progresse plutôt lentement comme c’est généralement le cas dans les polars nordiques. Il n’y a pas de course poursuite folle ou de fusillade en pleine ville mais nous suivons l’enquête minutieuse d’Irène, en ayant l’impression d’être dans sa tête.  Les policiers suédois et danois mènent une enquête appronfondie et les indices se découvrent peu à peu au fil de leur réflexion. Les personnages sont nombreux et l’on est quelques fois un peu perdu.

L’enquête est très complexe et le suspense très bien maîtrisé jusqu’au dénouement final. Lintrigue se déroulant dans deux pays, l’auteur nous permet de les visiter et nous montre les différences de styles de vie. Un aspect intéressant est le regard croisé des Suédois et des Danois, et les préjugés qu’ils ont les uns sur les autres.

L’écriture est très agréable et non dénuée d’humour. Les crimes sont affreux et sanglants, puisqu’Irène est sur la piste d’un sadique qui dépèce ses victimes, mais l’auteur n’en rajoute pas dans le gore. Un polar classique, sans temps mort et tout à fait captivant à découvrir absolument.

Publicités

Entry filed under: Lectures.

Blanc comme la nuit, d’Ann Cleeves Le royaume des voleurs, de Wiliam Ryan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Pat0212 sur Hellocoton

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 24 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :