Avec le diable, de James Keene et Hillel Levin

28 février 2013 at 1 h 24 min Laisser un commentaire

De nouveau un gros coup de coeur pour ce document étonnant. Il s’agit d’une histoire vraie, mais il y a autant de suspense que dans un polar.

James Keene raconte une mission confiée par le FBI. Il n’est pas agent secret, mais dealer. Il a grandi dans un petite ville de la région de Chicago, son père est policier, puis pompier. La corruption règne en maître dans la cité et même s’il ne le dit pas franchement, on comprend que son père profitait de la situation. Jimmy grandit sans histoire mais à l’adolescence, il se met à vendre un peu de haschisch. Il n’y touche jamais, finit par trafiquer de grosses quantités de toutes les rogues existantes. Il n’est pas violent et dilapide son argent si vite gagné pour ses amis et sa famille, tout le monde mène la grande vie. Mais toutes les bonnes choses ont une fin et il fse fait prendre. Il est condamné à dix ans de prison, ce qui lui semble une énorme injustice, vu qu’il n’a utilisé que son charme et non la violence.

Garry Beaumont, le procureur qui l’a condamné lui propose un marché: Comme Jimmy est est très populaire en prison, il lui propose de se lier avec Larry Hall, un malade mental condamné à perpétuité pour le viol et le meurtre d’une jeune fille. Il est revenu sur ses aveux, mais surtout il est soupçonné d’avoir tué plus de vingt femmes, ce qu’il a toujours nié et qui n’a jamais pu être prouvé. Jimmy doit le faire avouer et surtout apprendre où sont enterrés les corps. S’il y parvient, il sera libéré, mais la mission est dangereuse, car Hall se trouve dans une prison de haute sécurité pour détenus avec des troubles psychiatriques.

Il ne s’agit donc pas d’un roman, mais d’un documentaire, nous suivons les aventures de Jimmy en prison et l’enquête sur Larry Hall. Le document est très fouillé, rien n’est affirmé au hasard et l’appareil de notes est vraiment impressionnant, il couvre plus de trente pages avec les références des articles de presse ou des pièces du dossier judiciaire. Ce livre nous en apprend beaucoup sur les prisons américaines et la traque des tueurs en série, qui est bien plus compliquée dans la réalité que dans les films. L’écriture est très cinématographique et cette plongée dans une des faces cachées de l’Amérique est tout à fait passionnante.

Avec le diable

Chronique réalisée pour les Chroniques de l’Imaginaire

Entry filed under: Lectures. Tags: .

L’enfance des criminels, d’Agnès Grossmann Angle mort d’Ingrid Astier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Pat0212 sur Hellocoton

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 24 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :