L’aiguille creuse, de Maurice Leblanc

12 mars 2013 at 0 h 08 min Laisser un commentaire

Voici un grand classique du roman policier qui a rendu célèbre la ville d’Etretat, il nous fait visiter un monde désuet et plein de charme.

Le château d’Ambrumésy est cambriolé durant la nuit, la nièce du comte de Guesvres voit le voleur s’enfuir dans le jardin et lui tire dessus avec un fusil. Il s’effondre, mais on ne le retrouve pas. Il s’agit d’un étrange cambriolage, le comte et son secrétaire qui étaient étendus par terre ne sont pas morts, on n’a rien volé dans le château et surtout on ne trouve aucune trace du cambrioleur blessé ou mort. Le juge d’instruction n’y comprend rien. C’est à ce moment qu’arrive Isidore Beautrelet, un jeune lycéen de dix-sept ans qui se prétend journaliste pour participer à l’enquête. C’est un jeune homme très intelligent et très doué pour les déductions. Il comprend peu à peu les dessous de l’affaire et notamment qu’il y a bien eu cambriolage, car de faux tableaux ont été substitués aux vrais. Il comprend qu’Arsène Lupin est le responsable de ce vol. Isidore ressemble un peu à Rouletabille, le héros de Gaston Leroux (auteur contemporain de Leblanc), il va tout faire pour mettre en échec Lupin. L’enjeu de leur lutte n’est rien moins que le trésor des rois de France. D’ailleurs Isidore éclipse presque Lupin en tant que héros du roman.

Ce livre est plein de rebondissements, l’action ne s’arrête jamais et Leblanc en profite pour revisiter l’Histoire, nous rencontrons Marie Antoinette, Le masque de fer et quelques autres personnages célèbres. Il y a une vieille énigme à résoudre pour trouver la cachette du trésor. Bref on ne s’ennuie pas en compagnie de Lupin qui change d’apparence à volonté déroutant autant ses adversaires que le lecteur.

Ce qui m’a beaucoup surpris dans ce livre, c’est la personnalité d’Arsène Lupin, réputé pour être un gentleman. Mais là il n’a vraiment rien d’un Robin des Bois et n’est même pas très sympathique, il est très imbu de lui-même et fanfaron. En fait c’est Isidore le personnage sympathique du livre.  Arsène le menace très méchamment, il a des hommes de main qui multiplient les enlèvements, c’est plus un criminel qu’un gentleman dans cette aventure.

Ce roman est le plus célèbre des Arsène Lupin et il semble défier le temps. Ce texte écrit il y a plus d’un siècle a gardé toute sa force et vaut la peine d’être redécouvert.

L'aiguille creuse

Chronique réalisée pour Les Chroniques de l’Imaginaire

Entry filed under: Lectures. Tags: .

Les nouvelles enquêtes de Maigret, de Georges Simenon La clé de verre, de Dashiell Hammett

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Pat0212 sur Hellocoton

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 24 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :