Un calice de sang, de Peter Tremayne

27 mars 2013 at 6 h 16 min Laisser un commentaire

Ce polar nous emmène en Irlande dans les années 600. Nous y suivons une nouvelle aventure de soeur Fidelma de Cashel, éminente juriste, soeur du roi Colgu et religieuse, ainsi que de son mari Frère Eadulf.

Le couple est en crise, Eadulf aimerait se retirer dans un monastère avec Fidelma et leur fils Alchu, tandis  que Fidelma désire devenir chef des brehons (juges) du royaume. Elle désire même renoncer à son état de religieuse car en ce temps-là les religieux pouvaient se marier, mais ce droit est de plus en plus remis en cause.

Le roi a convoqué Fidelma et Eadulf pour leur confier une enquête délicate: A l’abbaye de Lios Mor, Frère Donnchad, un moine connu dans tout le royaume pour son érudition, a été retrouvé poignardé dans sa cellule fermée à clé. La fenêtre est trop petite pour que l’assassin sorte par là, les moines sont bouleversés et parlent de causes surnaturelles. Le vieil abbé Iarnla a demandé au roi de lui envoyer Fidelma pour résoudre ce mystère, au grand déplaisir de Fère Lugna l’intendant qui pense pouvoir résoudre l’énigme tout seul et rapidement. Dès le début, il se montre très désagréable avec le couple d’enquêteurs et essaie sans cesse de leur mettre les bâtons dans les roues. Il ferait un suspect idéal, si ce n’était pas trop simple. Fidelma interroge tout le monde, recueille des indices et se rend compte peu à peu que l’assassinat du moine fait partie d’un vaste complot particulièrement diabolique qu’elle réussira à faire avorter.

Ce polar nous fait visiter l’Irlande du septième siècle, car Fidelma et Eadulf se déplacent beaucoup. Il y a de nombreux personnages avec des noms compliqués, mais la plupart ont un rôle et une personnalité propre si bien que l’on ne risque pas de les confondre.  Peter Tremayne inclut dans son texte de très nombreux mots irlandais, mais toujours suivi de leur traduction, idem avec les formules latines.

L’intrigue en elle même est intéressante, mais pour moi l’intérêt principal de ce roman est de nous faire découvrir la civilisation irlandaise en pleine mutation. Le christianisme celte introduit sur l’ile deux siècles auparavant lutte pour sa survie face au centralisme romain qui essaie de s’imposer partout. Et si ce mouvement n’est qu’à peine amorcé au septième siècle, on sent sa puissance. Cette lutte sourde entre ces deux formes de christianisme est centrale dans le roman. Et si le christianisme celte gagne cette bataille, on sent déjà qu’il finira par perdre la guerre et sera obligé de rentrer dans le moule voulu par Rome. Le christianisme celte est beaucoup plus ouvert et moins dogmatique.

Une autre question fondamentale du roman est le rapport des chrétiens aux livres et aux savoirs païens, que fait-on de ces anciennes traditions? Peut-on les conserver sans remettre en cause la foi? La question de la foi confrontée à d’autres traditions est aussi centrale du livre. Lors d’un pèlerinage en Terre Sainte, Frère Donnchad a découvert d’autres traditions sur Jésus que celles consignées dans les évangiles canoniques et il en a été bouleversé. Cette question du rapport entre foi et savoir est toujours actuelle. J’ai trouvé très intéressant et original  de traiter ces questions historiques tout à fait passionnantes sous la forme d’une enquête policière.  Il n’est pas indispensable de se passionner pour l’histoire du christianisme et de l’Eglise pour apprécier ce roman, mais il est clair que ceci lui donne une autre saveur et plus d’épaisseur.

Un calice de sangChronique réalisée pour Les Chroniques de l’Imaginaire

Entry filed under: Lectures. Tags: .

Le sang des bistanclaques, d’Odile Bouhier Hanna était seule à la maison, de Carin Gerhardsen

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Pat0212 sur Hellocoton

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 24 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :