Film noir à Odessa, de William Ryan

9 juin 2013 at 6 h 00 min Laisser un commentaire

Chronique réalisée pour Les Chroniques de l’Imaginaire

C’est avec un immense plaisir que j’ai retrouvé l’inspecteur Korolev pour suivre le deuxième volet de ses aventures dans l’URSS de Staline. Il est dépêché en urgence en Ukraine pour enquêter sur la mort d’une jeune assistante de production, maîtresse d’un haut dirigeant du parti. S’est-elle vraiment suicidée ou a t’elle été assassinée? L’inspecteur est un homme honnête et droit, bien décidé à mener son enquête jusqu’au bout. Mais certaines de ses découvertes sont explosives dans la Russie de 1937, en pleine purge stalinienne et Korolev marche sur des oeufs, il pourrait à tout moment être tué ou déporté, pourtant il essaie de mener son enquête à bien malgré le danger pour sa vie et celle de ses proches.

La jeune femme travaillait sur le tournage d’un film de propagande. Korolev enquête sur sa mort avec l’aide de ses amis qu’il retrouve sur place, Babel l’écrivain et le comte Kolya le roi des voleurs. On adjoint à Korolev une jeune policière locale, Slivka, chargée de l’assister. L’enquête est pleine de rebondissements, plusieurs personnes sont soupçonnées, des complots sont mis au jour, des trahisons et divers trafics sont dévoilés. L’enquête est palpitante et nous tient en haleine jusqu’au bout du roman. La victime était impliquée dans un trafic d’armes avec les nazis, des Ukrainiens se révoltent contre la politique de Moscou. On perçoit nettement que les deux policiers enquêtent sous tension et ne peuvent donner libre court à leur talent. Ils aiment leur pays, mais sont conscients des risques encourus. Le but de la police n’est pas tant de trouver la vérité que de préserver l’image du pays et des leaders communistes. Korolev et Slivka doivent naviguer entre vérité et raison d’Etat.

Ce livre comme Le royaume des voleurs, nous permet d’en savoir plus sur ces terribles années de dictature. L’ambiance étouffante est très bien décrite, une chape de plomb pèse sur l’Ukraine ravagée par la guerre et la famine. La propagande écrase le pays, la religion est interdite, le bien-être des citoyens un projet lointain. C’est une série vraiment prometteuse à qui on souhaite une longue vie.

Un polar historique à découvrir absolument.

Film noir à Odessa

Entry filed under: Lectures. Tags: .

A l’ombre d’une fleur de lys, de Mircea Eliade La peau de l’autre, de David Carkeet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Pat0212 sur Hellocoton

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 24 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :