Le brahmane et le pot de farine, contes édifiants du pancatantra

25 juin 2013 at 5 h 58 min Laisser un commentaire

Chronique réalisée pour Les Chroniques de l’Imaginaire.

Il s’agit de la cinquième partie du plus ancien recueil d’aphorismes et de contes écrit en sanskrit, il a été composé entre le premier et le quatrième siècle de l’ère chrétienne par un auteur anonyme. Cette partie porte essentiellement sur des conseils pour être avisé dans la vie quotidienne et inciter les gens à réfléchir. Mais il ne s’agit pas de réflexion intense sur les questions ultimes. L’auteur recommande de ne pas prendre de décisions à la légère et d’être vigilent dans la vie de tous les jours.

Au niveau formel, le texte se présente comme une suite de petits contes, le plus souvent imbriqués les uns dans les autres. Il s’agit d’un dialogue. Un personnage raconte une histoire pour illustrer une idée et à la fin son interlocuteur renchérit avec une autre histoire. Presque tous les contes sont racontés par les deux mêmes personnages, des brahmanes partis chercher fortune et dont l’un est prisonnier de sa cupidité. Les contes sont interrompus à tout bout de champ par des sentences morales et pas seulement à la fin comme par exemple chez La Fontaine. Le texte est truffé de noms et de mots sanskrits, ce que j’ai trouvé très désagréable. Il y a certes un lexique à la fin du volume, mais je trouve très dérangeant d’avoir une dizaine de notes sur un petit texte de deux pages. Sans compter que plusieurs mots reviennent, mais vu leur complexité, je ne les ai pas reconnus et finalement la note renvoie à une autre note et c’est très lassant… Donc j’ai vite zappé les notes, ce qui est dommage car il s’agit souvent de jeux de mots expliqués dans la note et on manque quelque chose.

Parlons du contenu: Les personnages n’ont ni profondeur ni psychologie, ce sont en quelque sorte des marionnettes ou des archétypes, mais pas de vrais personnages littéraires. Leurs conseils sont centrés sur l’attention à porter à la vie quotidienne et sur une certaine sagesse atemporelle et commune à toute l’humanité: Ne pas être cupide, l’intelligence vaut mieux que la culture ou la science, ne pas être présomptueux etc. Les personnages sont soit des hommes (brahmanes, meunier, marchand, pêcheur…) soit des animaux: un lion ressuscité, des poissons, une grenouille, des singes. Les contes sont très courts, l’accent étant mis sur la morale et non les personnages.

Ce recueil intéressera surtout les passionnés de philosophies ou de religion orientales, les personnes qui ne sont pas attirées par cette forme de pensée risquent de s’ennuyer autant que moi à la lecture de ces contes.

Le brahmane et le pot de farine

 

Entry filed under: Lectures. Tags: .

Le quadrille des Maudits, de Guillaume Prévost Les chaussures italiennes, de Henning Mankell

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Pat0212 sur Hellocoton

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 24 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :