Au lieu d’exécution, de Val McDermid

4 août 2013 at 7 h 15 min Laisser un commentaire

Chronique réalisée pour Les chroniques de l’Imaginaire.

Le roman commence en 1963. George Bennett, jeune inspecteur chef de police de Buxton reçoit l’appel de son subordonné, Tommy Clough : Une jeune fille de treize ans est portée disparue à Scardale, un hameau isolé. Deux jeunes ont déjà disparu dans la région quelques semaines auparavant. Ils se sont volatilisés et plus personne ne les a jamais revus. George est partagé entre le plaisir d’avoir enfin une affaire importante à traiter et la compassion pour la famille de la victime.

Scardale est un hameau perdu en pleine campagne dans lequel on semble vivre comme au Moyen Age, le châtelain possède les douze fermes du village, en plus de son manoir et de toute la vallée. On ne recense que trois noms de famille et tous sont cousins. La jeune fille disparue, Alison Carter, est sortie promener son chien après l’école mais n’est pas rentrée. Sa mère Ruth est remariée depuis quelques mois avec Philipp Hawkin, le châtelain. Elle est est paniquée, on est au mois de décembre et Alison n’a pas beaucoup de chance de survivre à une nuit dehors. Hawkin, le beau-père de la disparue ne semble pas se sentir concerné et affirme qu’elle va rentrer sous peu. Les villageois sont hostiles à la police, mais ils participent aux recherches. On retrouve le chien attaché à un arbre et le lendemain des traces de lutte dans les bois.

Les jours et les semaines passent, Alison est introuvable. Georges et Tommy sont totalement obsédés par cette affaire et ils y consacrent tout leur temps libre. Ils n’espèrent plus trouver la jaune fille en vie. Anne la femme de George est enceinte et l’inspecteur prend conscience que son futur enfant pourrait aussi un jour se volatiliser. Pour George et Tommy, c’est la bataille de leur vie, les villageois s’ouvrent peu à peu et justice sera rendue.

Le roman pourrait se terminer ainsi, mais l’épilogue a lieu en 1998 et nous réserve un dénouement des plus machiavélique.

Nous suivons l’enquête de George dans ses moindres détails et elle se lit comme un journal d’époque, nous sommes complètement plongés dans la campagne anglaise de 1963. Même si cette partie est pleine de suspense, elle aurait gagné à être plus concentrée pour ne pas occuper les trois quarts du livre. Certaines descriptions sont un peu longues et n’apportent pas grand chose. Dans cette première partie, la psychologie des personnages mériterait par contre d’être plus développée, ils manquent d’épaisseur. La deuxième partie du livre, avec son dénouement inattendu est, elle,  parfaite.

Malgré quelques petits défauts, voilà un excellent polar à emmener en vacances. Il nous propose en outre une réflexion sur la justice, la culpabilité et ce qu’on en fait.

Au lieu d'exécution

Entry filed under: Lectures. Tags: .

Sacrilège, de S.J Parris Chronique d’hiver, de Paul Auster

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Pat0212 sur Hellocoton

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 24 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :