Les asségés du Mont Anis, de Laetitia Bourgeois

11 août 2013 at 7 h 18 min Laisser un commentaire

Chronique réalisée pour les Chroniques de l’Imaginaire.

Barthélémy et sa femme Ysabellis fuient leur village, Ysabellis aimerait s’en aller jusqu’à Naples, mais son mari estime que Le Puy à quatre jours de marche est suffisant. Ils s’y installent et commencent une nouvelle vie. Barthélémy trouve tout de suite un emploi de maçon auprès de Durand Solier et Ysabellis reprend sa tâche de guérisseuse et sage-femme. On ne sait pas très bien ce qu’ils ont fui au début du livre, mais on devine sans peine qu ce volume appartient à une série et que ces personnages ont déjà un passé.

Ils prennent peu à peu leurs repères dans leur nouvelle existence. Ysabellis se lie avec un mendiant et un enfant abandonné. Un jour, Durand emmène son ouvrier aux étuves, mais une servante maladroite renverse de l’eau sur ses vêtements, aussi demande-t’il à Barthélémy d’aller lui en chercher des secs à la maison. Le temps de revenir, il apprend que deux jeunes nobles ont été tués, ce sont en fait ses poursuivants et tout l’accuse d’être le meurtrier.

Présenté ainsi, ce livre semble un pur polar historique, mais ce n’est pas le cas en réalité et c’est avec beaucoup de réticence que je le classe dans cette catégorie, surtout par rapport à la collection à laquelle il appartient. Dans son village, Barthélémy était sergent et il est possible que les autres volumes de ses aventures aient une orientation plus policière. C’est surtout Ysabellis qui mène l’enquête assez discrètement auprès du mendiant et de quelques autres pour innocenter son mari. Pour moi il s’agit surtout d’un roman historique très très documenté, écrit par une spécialiste de l’histoire médiévale. L’enquête apparaît plus comme un prétexte à ce roman que son centre ou son pivot.

Donc si ce n’est pas de l’enquête sur ce meurtre, de quoi parle ce livre ? Et bien de la vie au Puy (qui s’appelait autrefois Mont Anis) en 1363, et il le fait avec brio. La ville a été ravagée par deux épidémies de peste et depuis quelques temps, la guerre de Cent ans commencée en 1337 s’étend jusqu’à l’Auvergne. Laetitia Bourgeois nous parle en spécialiste chevronnée de la vie quotidienne à cette époque et nous assistons à un assaut des routiers anglais.

Le style est très agréable, il y a un lexique à la fin pour les termes spécifiques et on apprend vraiment beaucoup de choses sur cette période. Ce livre est tout à fait passionnant, mais j’ai plus envie de la ranger dans la catégorie « nouvelle Histoire » façon Georges Duby que dans les thrillers historiques. J’ai particulièrement aimé le personnage d’Ysabellis, même s’il est plus convaincant en guérisseuse qu’en détective.

Les assiégés du Mont Anis

Publicités

Entry filed under: Lectures.

Chronique d’hiver, de Paul Auster Qui a tué l’ayatollah Kanuni?, de Naïri Nahaphétian

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Pat0212 sur Hellocoton

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 24 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :